Série culte

décembre 7, 2016

Mon avis sur la serie Mad men

La série américaine sortie sur AMC en 2007, produite et réalisée par Matthew Weiner figure parmi les films télévisés ayant reçu le plus de commentaires et critiques ces dernières années. Certains en sont accros, d’autres plus sceptique le trouve complètement monotone, dépourvue d’amorces et de rebondissements. Répartie en 92 épisodes, la série a comme cadre de fond une agence de publicité de Madison Avenue. Elle décrit les changements de la moralité et de la société américaine dans les années 60.

Représentation de la série Mad Men

La série qui s’est vu attribuer plusieurs récompenses dont trois Golden Globes dépeint la vie de Don Draper, un Directeur d’agence de publicité. Il constitue l’incarnation du rêve américain : l’homme au charme irrésistible qui débute dans la vie de zéro et qui arrive à bâtir une aisance matérielle et professionnelle enviable et une famille. Mais la légende se ternit et au fur et à mesure du déroulement du mélodrame, on découvre en lui un imposteur qui vend des illusions publicitaires. Sa famille n’a pas supporté cette découverte de même que sa seconde épouse qui ne lui a pas donné raison. Ses collègues seuls peuvent s’arranger avec ces mensonges. A la suite de son divorce, Megan sa femme, a emporté tous ses meubles. Leurs enfants s’en vont au pensionnat et chez leurs grands-parents. Son entreprise s’effrite. Don, ayant tout perdu, va retrouver Diana, une femme qu’il a connue auparavant mais elle n’est qu’une illusion. Complètement dénué, et débarrassé de ses illusions et de tous ces biens matériels, il va rencontrer Stéphanie, qui l’emmène dans une retraite hippie où il ne risque plus d’être reconnu. Il peut enfin se libérer, se reconstruire et arrive à retrouver la félicité. La fiction se termine avec une publicité des années 70 pour Coca-Cola où on voir un groupe de hippies entonner une chanson.

mad-men-serie

Critique de la série

Tout aussi critiquée et appréciée que la série avec des avocats, Mad Men a fait parler d’elle.

Les répétitions et la lenteur de l’action n’empêchent pas les téléspectateurs de jouir de son tableau intellectuel et esthétique. La multitude des émotions, la profusion de personnages constituent la force de la série. Sans être moralisatrice, les épisodes enchaînent les unes après les autres des narrations sans surprise. Toutefois, elles arrivent à tenir les nombreux spectateurs en haleine. L’œuvre a l’intérêt de partager des suites qu’on arrive difficilement à comprendre le sens. Même si la fin n’est pas attendue avec plus d’impatience que les autres séries telles que Lost, on veut toujours savoir ce que l’acteur principal va devenir. Certaines personnes attendent peut-être la suicide du héro. En fait, le chef-d’œuvre de Matthew Weiner fait ressortir que la réussite matérielle peut être un leurre. Il veut faire savoir que les choses après lesquelles nous courrons et nous admirons pendant les saisons de la série ne sont qu’un blocage dans notre quête de quiétude et de nous-même. Aussi, en s’éloignant loin de ceux qui l’ont connu, Draper réussit à trouver un certain équilibre entre son corps et esprit. Il permet aussi à tous ceux qui l’ont connue de se libérer enfin dans leurs nouvelles vies.