Film culte

février 6, 2017

Présentation du film : Léviathan

Ce film de genre comédie dramatique réalisé par Andrei Zviaguintzev est sorti en salles françaises le 24 septembre 2014. Il réunit dans son casting les acteurs tels que Elena LiadovaAlexeï Serebriakov, Vladimir Vdovitchenkov et plus. Le long métrage de 2h21 s’est vu décerner le prix du scénario à Cannes.

Représentation générale du film Leviathan

Dans un paysage du Grand Nord, au bord de la mer de Barentz, Kolia possède un garage près de la maison où il vit avec sa femme et son fils issu de son précédent mariage. Vadim Cheleviat, le maire de la bourgade, convoite sa maison et son terrain afin de réaliser son projet immobilier à but lucratif. Il essaye d’abord de l’acheter mais Kolia ne veut pas se départir de son bien, ainsi que la beauté qui l’entoure. Dimitri, son frère avocat est venu pour lui prêter main-forte. Alors le maire fait signe d’agressivité. Il est prêt à tout pour parvenir à ses fins.

Critique du film Leviathan

Le film s’ouvre et se ferme avec de superbes plans de côtes. Doté d’un sens de cadre impressionnant, de plans-séquences ingénieux, Leviathan jouit aussi d’une sublime musique avec un jeu d’acteurs aussi tout aussi remarquable dans leur laideur que dans leur beauté. Le titre fait référence au nom du monstre qu’on retrouve dans la Bible. Celui-ci symbolise l’État, le cataclysme qui va s’abattre sur ce coin perdu du nord de la Russie suite à la lutte implacable entre Kolia, un honnête homme et sa famille et le maire, la tête de pourris. La peinture de la Russie dans ce contexte est dure. Le réalisateur dénonce les maux de la société tels que la corruption, l’alcoolisme, la collision du pouvoir venant anéantir le faible, le pharisaïsme. Comme le pauvre Job de la Bible, le maire veut entièrement déposséder Kolia de sa maison, de son garage, et ne se souciera d’aucun pouvoir, ni de la justice ni de l’Église. A deux reprises, le juge rend son verdict sans la moindre concession ni compassion. Le représentant de l’Église orthodoxe, quant à lui, blanchit les politiciens en disant à Kolia que le pouvoir est un don de Dieu. Ni son frère avocat, ni sa femme, ni son fils ne peuvent faire quelque chose devant la protection par la loi des bandits, devant le triomphe de l’injustice … Le film arrive à dépeindre efficacement une brûlante problématique sociopolitique que sont les tares du système de la Russie. Comme dans son précédent film intitulé Elena, le réalisateur fait aussi appel à la musique de Philippe Grass. Ces deux longs métrages ont d’ailleurs quelques similarités dans leur trajectoire. Elena décrit une luxueuse résidence assiégée par les plus pauvres et les misérables où une femme a commis un meurtre. Tandis que Leviathan inverse le scénario avec une famille spoliée de ses biens. Le réalisateur met aussi en scène un autre aspect de son pays, ses compatriotes qui cherchent à noyer leur désespoir dans la vodka. La boisson leur fait ainsi oublier leur amertume et constitue une échappatoire, une sorte de résignation pour eux. En bref, Leviathan raille les quatre fondements de la Russie : le semblant de la démocratie, la pratique mafieuse, la religion, la vodka.

film-Leviathan-presentation