Blog

mai 10, 2017

Qu’est-ce que la Procréation Médicalement Assistée (PMA) ?

L’intégration de la procréation médicalement assistée (PMA) dans la loi sur le mariage pour tous suscite une véritable discussion sur le plan politique actuellement. Mais pour pouvoir donner un avis dessus, que signifie vraiment la procréation médicalement assistée (ou PMA).

Description générale de la procréation médicalement assistée ou PMA

La procréation médicalement assistée abrégé PMA, connue également sous l’appellation « assistance médicale à la procréation (AMP) » est un ensemble de techniques, que ce soit cliniques ou biologiques, selon lesquelles la médecine intervient plus ou moins directement au travers de la procréation.

Les législateurs français ont délimité l’usage des pratiques de PMA en AMP, attribuées uniquement pour des couples stériles ou qui n’ont pas la possibilité d’avoir des enfants. La fécondation in vitro (FIV, ou encore la FIVETE pour Fécondation in vitro et transfert d’embryon) fait partie des méthodes de la PMA. La gestation pour autrui (GPA) désigne l’ensemble des procédés de PMA où l’embryon est introduit dans l’utérus d’une femme tierce qu’on connait « mère porteuse ».

Par ailleurs, en aucun cas, le clonage humain n’est juridiquement pas observé comme étant l’une des techniques de PMA.

Bref, la procréation médicalement assistée est l’ensemble des techniques offrant l’opportunité à un couple stérile de faire un enfant. Dans cette option, il est possible de procéder par deux méthodes, telles sont l’insémination artificielle ainsi que la fécondation in vitro. Dans le premier procédé consiste à mettre du sperme dans l’utérus d’une femme tierce. La seconde méthode consiste à réunir un ovule et un spermatozoïde dans une éprouvette.

procreation-medicale-assistee

Les secrets de la technique de PMA

La pratique de PMA a un rapport majeur avec les mères porteuses. En effet, on n’a pas le droit à procéder à la gestation par autrui en France. Cette méthode consiste à ce qu’un couple choisisse une femme à qui ils fournissent des embryons pour faire un enfant. C’est également le cas pour la maternité de substitution. Il s’agit de l’insémination d’une femme par un homme dont l’épouse est stérile. Un décret apparu en 1974 a déjà défendu la procréation ou la gestation pour le compte d’autrui. Seules les mères porteuses sont reconnues en tant que mère biologique.

Ce sont les couples hétérosexuels qui ont le droit de solliciter une PMA. Dans la majorité des cas (95 %), on se sert des ovocytes et des spermatozoïdes du couple demandeur. Il n’y a que 5% qui font appel à un donneur ou une donneuse.

Pour pouvoir profiter pleinement des techniques de PMA, certaines préparations doivent être effectuées. Tout d’abord, il est important de détecter la période fécondante. A ce titre, le cycle hormonal va être surveillé, parfois par un test urinaire. Ce procédé permet de découvrir la proximité de l’ovulation et d’optimiser la fécondité. Mais des fois, les gynécologues procèdent aux techniques d’ovulation provoquée. Cette méthode consiste à effectuer un traitement permettant de stimuler légèrement l’hormone et la déclencher par forçage par une injection. Quant aux techniques de PMA proprement dites, il n’y a que les méthodes d’insémination artificielle et la fécondation in vitro.

Un autre fait d’actu qui a fait parler de lui pendant la campagne presidentielle se retrouve dans cet article.